La main-d’œuvre tonkinoise en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides

Les Vietnamiens : la communauté «laborieuse» de Nouvelle-Calédonie

– La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie >>
– Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960 >>
– De l’engagement comme « esclavage volontaire ». Le cas des Océaniens, Kanaks et Asiatiques en Nouvelle-Calédonie (1853-1963) >>
– Chronique d’une crise coloniale et son contexte : les Vietnamiens de Nouvelle-Calédonie (1945-1964) >>
– Les Vietnamiens : la communauté «laborieuse» de Nouvelle-Calédonie >>
– Người “Chân Đăng” ở Nouvelle Calédonie >>

Le Cri du Cagou


Travailleuses indochinoises dans les plantations calédoniennes

Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, après le boom du nickel de 1873, les colons de Nouvelle-Calédonie ont besoin de main d’œuvre. Faire travailler les canaques ayant toujours été compliqué, on a commencé à faire venir des travailleurs Néo-Hébridais, des Salomonais, ainsi que des Hindous, des Réunionnais. Puis c’est vers l’Asie proche et surpeuplée que les employeurs calédoniens vont se tourner. Ils firent d’abord venir des Chinois, via la Société Le Nickel, mais ceux-là n’ont pas été nombreux à vouloir s’installer en Nouvelle-Calédonie. Puis des Japonais, et enfin, des Javanais et Indochinois… Tiếp tục đọc “Les Vietnamiens : la communauté «laborieuse» de Nouvelle-Calédonie”

Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960

Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960 Claudy Chêne
Résumé | Mots-clés | Sommaire | Texte | Auteur | Notes | RéférencesHaut de page 

RÉSUMÉ

Depuis la découverte de la garniérite par Jules Garnier en 1866, la Nouvelle-Calédonie tient sa prospérité de l’exploitation du nickel. Pour extraire ce minerai, les industriels font appel à des ouvriers asiatiques, dont des engagés tonkinois sous contrat pour 5 ans, à partir de 1891. Dans les années 1920, l’essor des plantations des Nouvelles-Hébrides fait aussi appel à eux. Les contrats de travail organisent les heures de travail, les salaires, les logements et les rations alimentaires. Des textes législatifs locaux et nationaux encadrent aussi les recrutements, le travail, les déplacements, les contrôles par des syndics de l’immigration (la gendarmerie), les punitions et les sanctions. Le cadre de l’usine et de la plantation, dans lequel les clauses de contrat ne sont pas toujours respectées par certains engagistes, concentre à la fois la domination au travail et la domination coloniale. Dès lors, des phénomènes de résistances à la domination, violents ou cachés, y sont concomitants.

Loin de l’idée admise en Nouvelle-Calédonie de désigner les grèves de 1940 comme le premier moment de revendications des Tonkinois et de le faire coïncider avec la volonté de rapatriements, nous souhaitons montrer l’existence de formes de résistances à la domination au travail, antérieures et contemporaines à l’essor industriel calédonien. Puis, nous interrogerons cette relation en termes d’interactions et l’appréhenderons par la part de liberté que les populations colonisées tentèrent de s’octroyer, grâce à des actes de résistances et de contournement. Cette relecture des rapports de domination au travail pourrait rendre leurs actions plus audibles et permettre d’entrevoir leurs impacts sur l’évolution de la situation coloniale calédonienne. Tiếp tục đọc “Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960”

La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie

– La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie >>
– Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960 >>
– De l’engagement comme « esclavage volontaire ». Le cas des Océaniens, Kanaks et Asiatiques en Nouvelle-Calédonie (1853-1963) >>
– Chronique d’une crise coloniale et son contexte : les Vietnamiens de Nouvelle-Calédonie (1945-1964) >>
– Les Vietnamiens : la communauté «laborieuse» de Nouvelle-Calédonie >>
– Người “Chân Đăng” ở Nouvelle Calédonie >>

Centre Georges Chevrier

Crises, précarité/fragilité
La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie
Claudy Chêne
Résumé | Mots-clés | Sommaire | Texte | Auteur | Notes | Références
Haut de page 

RÉSUMÉ

La migration des engagés Tonkinois pour le travail vers la Nouvelle-Calédonie et les Nouvelles-Hébrides entre 1891 et 1964 interroge le concept de crise à plusieurs titres. C’est pour répondre à une situation de crise politique, économique et sociale au Tonkin qu’ils ont fait le choix d’un exil temporaire jusqu’en 1940, devenu constant jusqu’en 1964. De l’incertitude de la crise naît l’opportunité et l’espoir d’en sortir. Si je m’en tiens à la définition d’Edgar Morin : « Moment où, en même temps qu’une perturbation, surgissent les incertitudes », une crise se définie comme un processus qui menace de désagrégation une organisation ou un univers de références et constitue la rupture d’un équilibre qui remet en cause l’existence d’un système. Or, en Océanie, l’espoir (décrit par de nombreux Chân dăng ) cède la place à des conditions de travail et de vie qui maintiennent ces engagés dans la précarité morale et sociale. Leurs oppositions, les mouvements de révoltes ou les grèves n’y ont pas mis un terme définitif. En se plaçant du point de vue des engagés, cette situation peut être considérée sous l’angle d’une crise permanente que la banalisation rend presque inaudible. Si une crise constitue une rupture et agit comme un révélateur de nouvelles réalités, elle est aussi le produit d’une société en changements et en réajustements permanents. Pourtant, l’histoire des engagés Tonkinois en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides rend compte de la capacité de résilience nécessaire pour surmonter ces temps de crises, pour saisir l’opportunité de rebondir et interroge le concept de crise comme symptôme et remède à une fragilité chronique des populations engagées. Ainsi, nous rappellerons d’abord la situation économique, sociale et politique du Tonkin à la fin du xixe siècle car il faut penser le fonctionnement d’une crise en termes de système. Puis nous rendrons compte de la précarité vécue par les engagés Tonkinois en Nouvelle-Calédonie au travers des logements, des salaires, de la place des femmes et des enfants. Enfin, les moyens employés par les Tonkinois pour lutter contre cette précarité pourront mettre en évidence les éléments de leur volonté pour sortir d’une situation de crise.

Haut de page MOTS-CLÉS
Tiếp tục đọc “La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie”

Người “Chân Đăng” ở Nouvelle Calédonie

– La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie >>
– Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960 >>
– De l’engagement comme « esclavage volontaire ». Le cas des Océaniens, Kanaks et Asiatiques en Nouvelle-Calédonie (1853-1963) >>
– Chronique d’une crise coloniale et son contexte : les Vietnamiens de Nouvelle-Calédonie (1945-1964) >>
– Les Vietnamiens : la communauté «laborieuse» de Nouvelle-Calédonie >>
– Người “Chân Đăng” ở Nouvelle Calédonie >>

Lịch sử hình thành và phát triển 120 năm của cộng đồng người Việt tại Nouvelle Calédonie, thuộc đia Pháp ngày xưa và ngày nay là “dependent territory” (Lãnh thổ lệ thuộc) của Pháp, sẽ được giới thiệu với khán giả VTV4 qua bộ phim tài liệu “Biết đâu nguồn cội”. Khán giả sẽ cùng đoàn làm phim trở lại vùng đất xưa và nghe những nhân chứng kể lại câu chuyện về thế hệ “Chân Đăng” đầu tiên.

Tiếp tục đọc “Người “Chân Đăng” ở Nouvelle Calédonie”