La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie

– La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie >>
– Domination et résistances des engagés tonkinois en Nouvelle-Calédonie et dépendances, 1891-1960 >>
– De l’engagement comme « esclavage volontaire ». Le cas des Océaniens, Kanaks et Asiatiques en Nouvelle-Calédonie (1853-1963) >>
– Chronique d’une crise coloniale et son contexte : les Vietnamiens de Nouvelle-Calédonie (1945-1964) >>
– Les Vietnamiens : la communauté «laborieuse» de Nouvelle-Calédonie >>
– Người “Chân Đăng” ở Nouvelle Calédonie >>

Centre Georges Chevrier

Crises, précarité/fragilité
La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie
Claudy Chêne
Résumé | Mots-clés | Sommaire | Texte | Auteur | Notes | Références
Haut de page 

RÉSUMÉ

La migration des engagés Tonkinois pour le travail vers la Nouvelle-Calédonie et les Nouvelles-Hébrides entre 1891 et 1964 interroge le concept de crise à plusieurs titres. C’est pour répondre à une situation de crise politique, économique et sociale au Tonkin qu’ils ont fait le choix d’un exil temporaire jusqu’en 1940, devenu constant jusqu’en 1964. De l’incertitude de la crise naît l’opportunité et l’espoir d’en sortir. Si je m’en tiens à la définition d’Edgar Morin : « Moment où, en même temps qu’une perturbation, surgissent les incertitudes », une crise se définie comme un processus qui menace de désagrégation une organisation ou un univers de références et constitue la rupture d’un équilibre qui remet en cause l’existence d’un système. Or, en Océanie, l’espoir (décrit par de nombreux Chân dăng ) cède la place à des conditions de travail et de vie qui maintiennent ces engagés dans la précarité morale et sociale. Leurs oppositions, les mouvements de révoltes ou les grèves n’y ont pas mis un terme définitif. En se plaçant du point de vue des engagés, cette situation peut être considérée sous l’angle d’une crise permanente que la banalisation rend presque inaudible. Si une crise constitue une rupture et agit comme un révélateur de nouvelles réalités, elle est aussi le produit d’une société en changements et en réajustements permanents. Pourtant, l’histoire des engagés Tonkinois en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles-Hébrides rend compte de la capacité de résilience nécessaire pour surmonter ces temps de crises, pour saisir l’opportunité de rebondir et interroge le concept de crise comme symptôme et remède à une fragilité chronique des populations engagées. Ainsi, nous rappellerons d’abord la situation économique, sociale et politique du Tonkin à la fin du xixe siècle car il faut penser le fonctionnement d’une crise en termes de système. Puis nous rendrons compte de la précarité vécue par les engagés Tonkinois en Nouvelle-Calédonie au travers des logements, des salaires, de la place des femmes et des enfants. Enfin, les moyens employés par les Tonkinois pour lutter contre cette précarité pourront mettre en évidence les éléments de leur volonté pour sortir d’une situation de crise.

Haut de page MOTS-CLÉS
Tiếp tục đọc “La situation des engagés Tonkinois sous contrat en Nouvelle-Calédonie et aux Nouvelles- Hébrides : d’une crise Tonkinoise à une crise permanente en Océanie”